Pollution humaine : 100 fois plus importante que les volcans

Une étude longue d’une dizaine d’années vient de rendre son verdict. Les êtres humains émettent 100 fois plus de carbone que tous les volcans de la planète réunis. Et donc, la pollution humaine est bien plus grande. Le CO2 émis par tous les volcans de la planète oscille entre 0,3 et 0,4 Gigatonne par an. Soit environ 100 fois moins que nous.

Alors que depuis quelques temps, les nouvelles générations se mobilisent pour le climat à l’instar de Greta Thunberg ou des lycéens qui… Séchaient pour aller dans la rue montrer des message qui n’ont parfois aucune utilité au lieux d’étudier.

Manifestante lycéenne tenant une pancarte "Bouffe mon clito pas le climat"
Ce genre de message. Crédit : Google image

C’est une équipe de 500 chercheurs du DCO, le Deep Carbon Observatory qui a publié de nombreux documents décrivant la manière dont le carbone est stocké, émis et réabsorber ensuite via des procédés naturelles.

Une pollution titanesque

Nous disons souvent « Les vaches polluent énormément, elle émanent du méthane », ou alors « Les volcans polluent énormément, c’est un un facteur majeur du réchauffement climatique ». On aime pas dire que c’est notre faute, c’est toujours plus simple de blâmer une cause naturelle. Et pourtant, les chercheurs ont constaté que les émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine dépassaient considérablement celles des volcans.

Les résultats publiés dans la revue Elements sont stupéfiants ! Environs 43 500 Gigatonnes se trouvent à la surface des Océans, des terres et de l’atmosphère terrestre. 43 500 Gigatonnes, cela représente seulement deux dixième de 1% de la quantité totale de carbone présent dans notre planète.

Le reste de la pollution, il se trouve où du coup ? Tout simplement dans la croûte terrestre, le manteau mais également de noyau de la Terre. Cela a permis, par ailleurs, au scientifiques, de fournir des indices aux scientifiques quant à la formation de la planète il y a… Quelques milliards d’années de cela. Ah oui « Le reste de la pollution » je n’ai pas précisé mais cela représente 1,85 milliards de Gigatonnes. C’est marrant, on sait que c’est énorme, mais on n’arrive pas à se le représenter n’est-ce pas ?

Pour vous « aider » un peu à vous le représenter : 1 Gigatonne équivaut environ à… 3 millions de Boeing 747 !

L’évolution du carbone

Le DCO, toujours dans le but d’étudier les emissions de carbone et l’évolution de la pollution, mesure l’importance de certains isotopes du carbone dans des échantillons de roches provenant d’un peu partout sur la planète. Ces échantillons permettent aux chercheurs de cartographier l’évolution du carbone entre terre, mer et air en créant une chronologie qui remonte à plus de 500 millions d’années.

Ce qui a été constaté, c’est qu’en générale mère nature s’auto-régulait au niveau atmosphérique. En effet, elle régulait le niveau de dioxyde de carbone sur des période de centaines de milliers d’années.

Il y a certaines exceptions, il y en a toujours de toute façon. En effet, ces exceptions prenaient la forme de « perturbations catastrophiques » . Mais c’est quoi ces « exceptions » ? Rien d’autre que d’immenses éruptions volcanique un gros caillou qui a mis fin à l’ère des dinosaures par exemple.

« Dans le passé, nous avons constaté que ces grands apports de carbone dans l’atmosphère entraînaient un réchauffement, une modification considérable de la composition de l’océan et de la disponibilité en oxygène », déclaraient Marie Edmonds, professeure de volcanologie et de pétrologie, et Ron Oxburgh, chercheur en sciences de la Terre. au Queens ‘College, Cambridge.

La pollution d’une extinction de masse

Chicxulub. Savez-vous ce que c’est ? Nan ? Alors c’est le moment de l’article où je vais pouvoir vous faire peur.

Chicxulub, le cratère de la météorite qui à éradiquer les dinosaures.
Chicxulub, le cratère d’une extinction de masse. Crédit : Google Image

Voici le cratère d’un astéroide de 11-83km de diamètres, qui a provoqué la mort de 3/4 de la vie sur la planète. L’équipe de chercheurs a estimé que l’impact, qui date de plus de 66 millions d’années a dégagé entre 425 et 1 400 Gigatonnes de CO2.

En 2018 seulement, les émissions anthropiques (qui viennent de l’Homme) dépassaient les 38 Gigatonne. Un peu moins d’1/10 d’un truc qui a éradiqué 3/4 de la vie sur la planète.

« La quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère par l’activité anthropique (d’origine anthropique) au cours des 10 à 12 dernières années (est l’équivalent) du changement catastrophique survenu au cours de ces événements survenus dans le passé de la Terre », a déclaré Edmonds à l’AFP.

les émissions d’origine anthropique moderne étaient de la « même ampleur » que les chocs de carbone antérieurs qui ont précipité l’extinction massive. Voici ce que déclarait Céline Suarez. Ça fait réfléchir n’est-ce pas ?

L’échelle de temps

Comme dit au début de cet article, les volcans, c’est 100 fois moins que nous. C’est entre 0.3 et 0.4 Gigatonne de carbone.

« Les sceptiques vis-à-vis des changements climatiques se lancent vraiment sur les volcans en tant que candidats potentiels aux émissions de CO2 les plus importantes, mais ce n’est tout simplement pas le cas », a déclaré Edmonds.

Alors que l’atmosphère terrestre contient souvent des concentrations de CO2 supérieures à celles d’aujourd’hui, en dehors des éruptions catastrophiques, il a fallu des centaines de milliers d’années pour que de tels niveaux s’accumulent.

En revanche, les émissions de carbone d’origine humaine ont entraîné une augmentation des deux tiers des niveaux de CO2 en quelques siècles.

Oui, la terre se rééquilibre toujours, Mère nature récupère toujours son dû. Mais pas sur une échelle de temps significative pour l’humain.

Clément Fouillade

Étudiant en Info-Com passionné par les sciences et le futur. Je parle et surtout je donne mon avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *